L’héritage du père

Playing with my grandchildren
makes me forget the troubles of the world.

Nelson Mandela

Que laisse-t-il derrière lui, le père
son amertume vive sous les bras ?
Quelles absences confirme-t-il ?

A la clinique,
la lumière consigne les ombres
série de voiles difformes
sous une chemise immaculée
raie parfaite.
Avec sa carte sénior,
que laisse-t-il à ses enfants,
et aux enfants de ses enfants?

L’écho d’un sourire, peut-être,
l’humilité luttant pour un souffle;
une étreinte à l’aéroport,
une frêle clameur après une insulte,
une question timide au lieu d’une réponse.

Il laisse peut-être un doute,
une confusion trouble,
un effroi dans le noir.

Il laisse peut-être un parfum lancinant
après-rasage,
lame mot,
calme tranchant,
silence emprisonné,
libre réclusion,
poitrine bien ouverte
cœur qui pompe le sang
qui gicle et souille
la mémoire.
Mémoire morcelée.

Que laisse-t-il derrière lui, le père
Avec la nudité?
Avec l’échec?
L’insuffisance?

Mandela, que laissons-nous derrière nous?

“Le Patrimoine du père” translated by Elizabeth Grech and published in Voix Vives, de Méditerranée en Méditerranée, Editions Bruno Doucey, Anthologie Sète 2015


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s